Jean Pelland possède encore une table à dessin, mais il ne faut pas y voir un geste de résistance : c’est purement pour des raisons sentimentales. « Je l’ai depuis mes débuts en architecture, j’y suis attaché », dit-il. L’époque où il s’en servait pour tracer des plans avec une plume rechargeable est bel et bien révolue. Aujourd’hui, il la garde chez lui et l’utilise essentiellement pour découper ...